Still Life
MC2/Microïds  avril 2005
 
 

Alors voilà, j'ai terminé Still Life et, en ce qui me concerne, je n'irais pas par quatre chemins : c'est "ZE STANDING OVATION"...oui oui, je voudrais dire bravo à toute l'équipe qui a imaginé, conçu et réalisé ce jeu.
Le scénario est digne d'intérêt, l'intrigue nous tient en haleine à tel point qu'on pense à peine à manger, dormir et se laver les dents, j'en oublie et dans le désordre. Les dialogues, c'est le top, un peu crus, un peu drôles, pas trop longs... Les énigmes sont nombreuses, quelques-unes bien difficiles, d'autres simplement ludiques. Les personnages sont attachants (sauf le (les) méchants bien sûr).
Pour ceux ou celles qui craindraient une atmosphère trop glauque, je rassure : oui bien sûr il s'agit d'une histoire criminelle et c'est sanglant (pardi) mais on n'est pas dans le trash, l'intérêt se situe dans le(s) enquête(s), la recherche d'indices, sur le jeu entre deux lieux géographiques, deux époques
J'ai eu l'impression d'être dans un bon roman (ou un bon film), en tout cas dans un excellent jeu vidéo et maintenant que j'ai terminé, je cherche le tome 2  : pitié MC2, viiite!

 

Ma note: 18/20

Annie2

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dans la famille Mac Pherson, après le grand-père Gus (post Mortem) on demande la petite-fille Victoria. Celle-ci doit résoudre une affaire de meurtre particulièrement gore qui par le plus grand des hasards (ou peut être pas, après tout) ressemble étrangement à une autre affaire, à laquelle avait été confrontée son grand-père en 1929. Les deux enquêtes se poursuivent parallèlement tout au long du jeu. Tout d’abord, bravo pour l’histoire prenante à souhait (on en oublie de boire et de manger), les images superbes, les dialogues bien ancrés dans chaque période (plutôt moderne en 2005, avec quelques gros mots qui plairont aux jeunes) et les énigmes qui ne posent pas vraiment de problèmes majeurs, sauf deux, la serrure du peintre (il faut vraiment beaucoup de patience, mais ce n’est pas impossible) et, et… la porte de la salle des archives ou là c’est un vrai problème. La fin est suffisamment bien faite pour laisser des ouvertures, pour ma part j’ai eu une petite frustration passagère !  Un petit bémol pour la présentation du jeu, ou l’image de la jaquette (Victoria avec un pistolet) laisse entendre que c’est un jeu d’action (pour attirer un plus grand public ?), ce qui n’est pas le cas (c’est quasiment une des dernières images du jeu). Les amateurs de jeux d’aventure pourraient l’ignorer et ceux de jeux d’action risqueraient d’être déçus.

J’ai cependant pris énormément de plaisir à faire ce jeu et j’attends la suite avec impatience !

Je lui donne 17/20

Bénédicte

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Ce jeu fait la quasi unanimité des joueurs. Excellente histoire, graphisme qui rappelle celui de Sybéria, enigmes nouvelles et très prenantes. Le clou de ces énigmes étant le problèmes de robots qui a surpris plus d'un joueur.

Un petit bémol, si je peux me permettre:

Un peu trop d'hémoglobine pour mon goût, et une vue des cadavres mutilés un peu trop macabre. Un drap pudique sur les corps aurait fait aussi bien.

Mais je classerai Still Life parmi les très bons jeux d'aventures en lui mettant

 

17/20

 

Mère Abbesse

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Tout d’abords il faut commencer par dire que ce n’est pas LA suite de Post Mortem, même si on retrouve Gus MacPherson, toujours en détective privé, et qu'il s’agit, en parallèle,  de l’histoire de sa petite-fille, qui s’appelle Victoria MacPherson, et qui enquête sur une série de meurtre à Chicago de nos jours. Toute l’intrigue tourne autour de ce parallèle entre ces meurtres et ceux sur lesquels son grand-père a enquêté à Prague pendant les années 20.

Still Life est un jeu d'aventure point & click avec des graphismes  d’une grande finesse. C’est un jeu placé sous le signe de la peinture, Still Life signifiant nature morte.

Dés la cinématique du début, qui est époustouflante comme la plupart des autres cinématiques, on est plongé dans une atmosphère oppressante accentuée par un scénario très travaillé, dans les moindres détails, qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.

Les créateurs ont su recréer chaque décors avec précision et c’est un réel plaisir que de se balader dans les ruelles de Prague, chaque détail est un plaisir des yeux. Ils ont su créer une ambiance lourde, mais prenante grâce à la musique qui joue un rôle important et qui est vraiment très belle. Et comme il y a deux époques on a droit à deux styles de musique.

Le seul gros point noir du jeu est le graphisme des personnages qui sont un trait en dessous du reste, c’est bien dommage car la précision des détails du graphisme des différents décors sont poussés à l’extrême, ceci pour une meilleure immersion et c’est là son point fort.

Pour résumer, les jeux d’aventures ne sont pas mort, bien au contraire, quand on voit celui-là : la richesse du scénario, des dialogues, des décors, la profondeur des personnages et les détails du graphisme, non ils ne sont pas mort mais bien vivant comme peut l’être Victoria avec son franc parlé et son humour.

Pour tout cela et plus encore je lui mets  18/20

 

Fred

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Je ne suis pas une fan des jeux "enquête policière" et encore moins de ceux où on trouve des meurtriers en série, je n'aime les ambiances morbides et l'hémoglobine à gogo. 

Ca c'est le coté négatif de ce jeu, surtout les épisodes de Grand Père Gus à Prague, les épisodes avec Victoria sont plus gais et plus vivants.

Pour le coté positif du jeu: tout d'abord la musique, surtout celle de l'intro du jeu, le DIES IRAE du requiem de Mozart, est une très bonne trouvaille, elle ajoute un plus angoissant à la scène vidéo. Ensuite la progression du jeu et sa longueur, on avance facilement mais il faut quand même se creuser un peu la tête et certaines énigmes sont carrément très dures en particulier le crochetage de serrure.

Pour résumer je dirais que je l'ai apprécié au fur et à mesure que je progressais mais je ne le referais pas plusieurs fois comme certains jeux dont j'ai raffolé.

Rendez vous à Los Angeles pour la suite.

 

Note: 15/20

 

Mmp

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Vous incarnez dans ce jeu deux personnages différents : Victoria McPherson, jeune agent du FBI au caractère bien trempé et son grand-père Gus McPherson dans une enquête qui par-delà le temps se rejoint singulièrement. 5 meurtres horribles ont eu lieu, des jeunes femmes ont été assassinées avant d'être mutilées tout comme à Prague en 1929 lors du séjour de son grand-père. Les chapitres s'égrènent ainsi d'un personnage à l'autre en faisant progresser petit à petit l'enquête chacun à son tour. Le scénario est superbe et pousse le joueur à continuer toujours plus loin, à peine freiné par quelques énigmes plus dures que les autres, les personnages sont fascinant et possèdent une vraie personnalité, les décors sont magnifiques, il faut bien tout ça pour contrebalancer les aspects assez sanglants (trop à mon goût) et je ne conseillerait vraiment pas ce jeu à des enfants ! Néanmoins, cette aventure vaut vraiment le coup d'être vécue et je ne regrette absolument pas mon achat.

 

18/20 

 

 Farrah